En Méditerranée, il y a des navires humanitaires qui croisent dans les eaux entre l’Afrique du Nord et le Sud de l’Europe pour porter secours à des réfugiés. Pour sauver du naufrage et d’une mort certaine des hommes et des femmes de tous âges, souvent avec des enfants, qui embarquent dans cette périlleuse traversée pour échapper à une misère économique, pour fuir des guerres et des violences subies. Aujourd’hui, une responsable d’un de ce bateau nous a expliqué deux règles fondamentales à observer quand ils secourent et accueillent à bord ces personnes. 1) Ne pas porter de gants : Avoir un contact « peau contre peau », offrir sa main à l’autre sans barrière, c’est l’accueillir en pair. C’est lui dire, je n’ai pas peur de toi, je te respecte, nous partageons la même humanité. 2) Prendre au sérieux chaque demande : Le deuxième geste d’accueil sur ces navires est de donner une couverture à ceux qui arrivent apeurés, assoiffés, affamés et souvent frigorifiés. Souvent, les secouristes entendent la question : »Pourrais-je avoir une couverture d’une autre couleur ? ». La règle d’or est d’accueillir ce besoin et de faire en sorte qu’il puisse être satisfait. Car c’est reconnaître l’autre comme une personne à part entière, un être libre qui a le droit de faire des choix. C’est respecter sa dignité humaine profonde… Chacun parmi nous est parfois celui qui sauve… ou celui qui a besoin d’être sauvé.

 

Uschi Riedel Jacot, pasteure, paroisse protestante Orbe-Agiez, octobre 2018